Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Quelle place accorder aux animaux ?

5 participants

descriptionQuelle place accorder aux animaux ? - Page 2 EmptyRe: Quelle place accorder aux animaux ?

more_horiz
Oui, c'est également une dérive qui existe dans certains discours écologistes. C'est d'ailleurs une des logiques qui étaient à l’œuvre (au départ) dans l'idée de "réserves naturelles" : l'homme perturbe la biodiversité, la nature, donc il faut soustraire des espaces à son influence, l'en exclure. Comme si l'homme lui-même, n'appartenait pas à la nature, au moins en partie.

Vous faites bien de souligner que la différence n'est pas forcément pensée dans un rapport de supériorité, c'est la raison pour laquelle je pense cette différence sur un mode qualitatif, plus que quantitatif. Dès que l'on rentre dans le quantitatif, on a un peu tendance à voir dans l'animal un stade sous-évolué de l'homme. Finalement les discours qui valorisent le plus l'animal, ne sont pas toujours là où on le croit. Par exemple quand Heidegger déclare que l'animal est pauvre en monde, rend finalement justice d'une certaine manière, à une certaine richesse de la vie animale. Pour lui le monde est précisément ce que vous nommez un monde d'habitudes, c'est une sorte de nature apprivoisée, où l'homme peut s'orienter, grâce à un réseau de signes. Il y a de très belles pages où il essaie de penser ce que peut être un rapport non réflexif à la nature, une vie pleine, qui coïncide avec elle-même. Ce rapport à la nature n'est pas inférieur à celui qu'une conscience réflexive entretient avec elle, il est qualitativement différent.

descriptionQuelle place accorder aux animaux ? - Page 2 EmptyRe: Quelle place accorder aux animaux ?

more_horiz
Intemporelle a écrit:
Oui, c'est également une dérive qui existe dans certains discours écologistes. C'est d'ailleurs une des logiques qui étaient à l’œuvre (au départ) dans l'idée de "réserves naturelles": l'homme perturbe la biodiversité, la nature, donc il faut soustraire des espaces à son influence, l'en exclure. Comme si l'homme lui-même, n'appartenait pas à la nature, au moins en partie.

Mais de ce fait la nature est une recréation humaine, on l'anthropomorphise. On pourrait même se demander s'il reste un seul véritable coin de nature sur notre planète, tout ayant été réaménagé ou travaillé par l'homme.

descriptionQuelle place accorder aux animaux ? - Page 2 EmptyRe: Quelle place accorder aux animaux ?

more_horiz
C'est bien le problème : comment définir la nature ? Peut-on réellement considérer que dès lors que l'homme modifie un milieu, ce milieu n'appartient plus à la nature ? Cela signifierait que d'une certaine manière l'homme se place dans une position d'extériorité radicale à la nature. Je pense qu'il faut prendre en compte le type d'aménagement : vous avez des aménagements qui se calquent sur des processus naturels pour les amplifier, les modifier, et vous en avez d'autres qui les transforment radicalement, où les processus naturels sont intégrés ou bloqués dans un processus précisément mécanique. Dans les deux actions, ce n'est pas le même état d'esprit, dans l'un la nature est pensée comme une force, à laquelle il faut s'adapter pour pouvoir mieux la maîtriser ; dans l'autre elle est ni plus ni moins qu'un simple stock dont on dispose. Même si l'homme s'émancipe de la nature sur certains plans, il reste une partie de la nature sur d'autres.

descriptionQuelle place accorder aux animaux ? - Page 2 EmptyRe: Quelle place accorder aux animaux ?

more_horiz
Ce débat est particulièrement intéressant. En effet, ne faudrait-il pas redéfinir l'homme et l'animal indépendamment ? J'insiste sur ce point. L'homme est le repère que l'on prend le plus souvent, à terme, pour montrer l'infériorité de l'animalité. Seulement, peut-on se baser seulement sur des critères humains pour définir l'"intelligence" par exemple ? Et mettons que l'on donne sens à l"'intelligence" par des comportements humains, cela fausse alors la réflexion dans la mesure où l'on tomberait dans l'anthropomorphisme (ne comparons pas l'incomparable), chose qui ne peut servir à qualifier tel être vivant intelligent ou non. En fait, je crois que c'est impossible. La meilleure solution est certainement de regarder l'homme par rapport à la nature et de même pour l'animal sans confronter les deux. L'homme n'est ni en-dessous ni au-dessus. Voyez donc l'absurdité que je viens de mettre en lumière. Au-dessus de quoi et en dessous de qui ? Qu'est-ce que la supériorité signifie ? Certainement rien de très prometteur. En fait, je ne vois pas pourquoi l'homme tente de se différencier par tous les moyens de l'animal pour se valoriser. C'est aberrant, d'une part parce que chaque être vivant est différent, d'autre part parce que l'animal est un mot si vaste et imprécis qui ne veut au final pas dire grand chose vu le nombre d'espèces inclues et enfin parce que cela ne sert à rien. L'homme ne veut pas admettre sa place, au sein de la nature. De ce fait, pour faire preuve d'un certain pouvoir il essaye de la maîtriser, tant bien que mal au vu de ses nombreux échecs, car la nature, ne l'oublions pas, est indomptable. Il essaye en continu de se donner la plus grande valeur, ce qu'il y a de plus essentiel au monde. Je rejoins alors ce que dit Sartre sur ce fait : le monde continuera toujours d'exister même sans la présence (de la conscience humaine qui tente de le sortir de sa léthargie dont il serait soi-disant victime) des hommes (voir Qu'est-ce que la littérature, chapitre II, "Pourquoi écrire ?"). Cela paraît assez évident mais il n'en est rien car personne n'imagine le monde sans ce primate des temps modernes. L'homme n'est rien de plus qu'une espèce, comme toutes les autres, à part entière, qui a suivi un long chemin évolutif jusqu'à aujourd'hui et suivra le même schéma de disparition des espèces (c'est ce que Darwin a tenté d'expliquer). L'homme restera l'homme, un tigre restera un tigre, un ver de terre restera un ver de terre et une puce, une puce. A quoi bon cette inutilité, absurde certainement, à se rendre supérieur à tout car rien d'autre ne possèderait les propres de l'homme (comme la conscience, l'intelligence, les sentiments, la compréhension de la mort, etc.) alors qu'il en a été démontré le contraire ? Je vous invite à tenter de répondre à ce problème. J'ai déjà une petite idée mais dans un souci de compréhension, j'aimerais avoir votre avis sur la question si vous le voulez bien.

descriptionQuelle place accorder aux animaux ? - Page 2 EmptyRe: Quelle place accorder aux animaux ?

more_horiz
Vous faites exactement ce que je critiquais : vous réduisez l'homme à son animalité. Or si vous voulez penser et revendiquer la spécificité de l'animal pour le revaloriser, ayez la même exigence vis-à-vis de l'homme lui-même. L'homme fait une expérience du monde et de lui-même qui est tout de même bien autre chose que la simple présence de l'animal au monde, lequel vit seulement dans un monde restreint, balisé, où il n'y a que des mécanismes pour survivre et parfois des adaptations à la nouveauté de dangers qui se répéteront. L'homme, au contraire, n'est pas seulement intelligent ou un être de besoins, il agit en retour sur son environnement de manière inattendue, du moins c'est une possibilité, il agit en en prenant l'initiative, il transforme son environnement et son propre être. Bref, il est capable de création, d'invention, pas seulement d'imitation. Et il est capable d'agir librement et de se détourner des exigences du monde, d'où le fait que c'est un être non seulement conscient du monde, de lui-même et de sa place dans le monde, mais aussi un être moral qui se pose la question du sens de son existence et de la direction à suivre pour agir, de même qu'il est responsable, parce que libre, en prenant en considération les conséquences de ses décisions et actions sur sa propre vie et par extension sur son environnement qui lui permet de vivre et de vivre de certaines manières. C'est aussi un être devenu social, politique et symbolique qui vit et se fait à travers ses dimensions, non une psyché informe ou un automate qui ne suivrait que ses penchants naturels (réduire toute activité sociale à l'intérêt par exemple ce n'est pas se donner les moyens de comprendre ce que l'homme a créé et qui lui fait transcender en partie ce qu'il y a d'animal en lui). Enfin, si vous voulez nous dire quelque chose de l'animal il vous faut le définir, ce qui exige des distinctions, notamment par rapport à l'homme, lui-même à définir, et d'autant plus que vous combattez la domination de l'homme sur l'animal. La question ne se poserait pas autrement.

Intemporelle, il s'agit bien de redéfinir la nature et la culture dans leur opposition et leur rapport. Pour ma part, je dirais qu'on peut toujours rapporter la culture à la nature, tout en conservant ce qui fait la différence de la culture. Mais la culture, comme domaine spécifiquement humain, est aussi permise par la nature dans laquelle elle intervient. D'où l'on peut reconsidérer la nature elle-même à l'aune de ce qu'elle permet. Ainsi, la nature est-elle déjà création, plasticité, et l'homme l'entité qui incarne au plus la nature par le biais de l'artifice. La physis serait nomos et le nomos humain possibilité pour l'homme de recréer la physis et sa physis propre.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum