Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Mathématiques et sentiments dans la musique.

5 participants

descriptionMathématiques et sentiments dans la musique. - Page 2 EmptyRe: Mathématiques et sentiments dans la musique.

more_horiz
Peut-on qualifier de musique une partition qui ne contiendrait qu'un la, un do ou un mi ? Sincèrement, je ne vois pas qui l'accepterait. Quoique, on trouvera sans doute un petit malin, très branché et en vue dans les milieux snobs, pour nous le faire avaler.

descriptionMathématiques et sentiments dans la musique. - Page 2 EmptyRe: Mathématiques et sentiments dans la musique.

more_horiz
Peut-on qualifier de musique une partition qui ne contiendrait qu'un la, un do ou un mi ? Sincèrement, je ne vois pas qui l'accepterait. Quoique, on trouvera sans doute un petit malin, très branché et en vue dans les milieux snobs, pour nous le faire avaler.

Qui sait ? Mathématiques et sentiments dans la musique. - Page 2 277638789

Je pense qu'on ne pourrait pas la qualifier de partition, une note seule est une note. J'évoquais le fait que la note pouvait avoir une signification particulière dans l'histoire de la personne qui l'entend.
Certains ont une obsession pour un certain chiffre et ne peuvent rien faire qui ne se rapporte pas à ce chiffre, bon ça tient du trouble psychique, certes, je dis juste que c'est possible. Cela pourrait être la même chose pour les notes. Le cas de "l'homme qui prenait sa femme pour un chapeau" (je parle ici du cas, et non de l'ouvrage éponyme qui lui, regroupe différents cas, en plus de ce dernier) montre bien qu'une musicalité interne peut s'avérer essentielle pour l'accomplissement d'une action. En l'occurrence l'individu en question ne pouvait rien faire sans chantonner, si on interrompait son rythme, il était perdu. J'imagine donc qu'on pourrait retrouver la même chose mais sur une seule note, chaque note aidant à l'accomplissement d'une action particulière comme le cas précédent. Après, certes, ce sont des réactions individuelles et une personne souffrant de ce type de "trouble" (on oublie souvent que le pathologique peut être bénéfique, Oliver Sacks le rappelle) sera vue comme étant "bizarre". Dans ce cas, c'est une réaction interne et non perceptible pour l'audience, ce que dont je parle revient à traiter des goûts et des couleurs.

descriptionMathématiques et sentiments dans la musique. - Page 2 EmptyRe: Mathématiques et sentiments dans la musique.

more_horiz
On s'éloigne du sujet, qui portait sur les relations entre musique et mathématiques. Si j'ai parlé de "note seule", c'était pour comparer avec une suite de notes, impliquant en général, une harmonie, une mélodie, un rythme, donc des chiffres. En ce sens, la musique est mathématique, et il hors de doute que l'ordre qu'on y détecte soit pour beaucoup dans notre plaisir à écouter de la musique. Si on veut absolument faire un comparatif avec ma "note seule", comparons-la à un chiffre. Certains attribuent au chiffre 9 des propriétés magiques, par exemple. Mais je crois qu'ici, on sort des mathématiques pour entrer dans l'occultisme. Je faisais également le lien entre musique et architecture classiques, qui ont en commun d'utiliser un ordonnancement mathématique propre à suggérer l'idée de beauté. En outre, je précisais que l'architecture n'est pas en mouvement, contrairement à la musique. Celle-ci nous charme par son imprévisibilité, sa variété, celle-la par le sublime de son immuabilité. Promenons-nous dans la nature, nous entendons le glougloutement d'un ruisseau et le chant des oiseaux, alors qu'en levant la tête, nous sommes subjugués par le massif montagneux. Certains symphonistes (Bruckner, Malher) ont néanmoins tenté de profiter de ce sublime des grandeurs immuables. Il est certain que leur musique se déploie autrement plus lentement qu'une alerte sinfonietta de Mozart.

descriptionMathématiques et sentiments dans la musique. - Page 2 EmptyRe: Mathématiques et sentiments dans la musique.

more_horiz
Je comprends mieux à présent.
Pour revenir directement dans le sujet, en effet, la musique a en commun avec les mathématiques sa structuration. J'écoutais un jour, une émission s'intitulant Le jardin des critiques, j'étais frappé de voir la diversité des avis sur une même œuvre, l'un la trouvant imposante, majestueuse de par son architecture, l'autre la trouvant lourde et longue. Ce qu'il faut retenir c'est qu'ici, la musique plaît tant par son imprévisibilité que par sa logique mathématique. Je crois que le lien entre les deux se trouve dans la structure et non dans la visée. Une présentatrice de la même radio affirmait qu'il était toujours intéressant, même pour ceux qui n'y connaissent rien, de voir une partition, d'essayer d'en saisir la structure.

descriptionMathématiques et sentiments dans la musique. - Page 2 EmptyRe: Mathématiques et sentiments dans la musique.

more_horiz
Réaction au premier message de Jem :

Attention à ne pas confondre la passion (au sens de ce que l'on aime) et le sentiment (au sens de ce que l'on ressent) !
Le sens de mon propos était de dire que les mathématiques liées à la musique égayent en nous des sentiments, pas des appréciations. Dans quelle mesure la musique est-elle liée aux mathématiques, et dans quelle mesure cette alliance est-elle prompte à nous faire ressentir quelque chose ?

Liber :

Quant à la partition "mono-note" si fustigée par Liber, ne peut-on pas penser que la manière dont cette note est jouée, selon les mesures, les temps choisis, puisse susciter en nous des émotions ? Peut-être ne suis-je pas clair... Je donne un exemple : une partition uniquement composée d'un La, mais jouée de manière successive en note blanche, noire, ronde, sur des intensités et des volumes différents, ne peut-elle pas susciter en nous des sentiments ? Et ne serait-ce d'ailleurs pas là le triomphe des mathématiques dans la musique ? Une musique vide, mais mesurée, qui permettrait de nous émouvoir ?

Car les mathématiques n'interviennent pas seulement dans l'harmonie des sons entre eux, mais également dans le choix des mesures de chaque note.

NB : je ne connais pas une telle partition, c'est dans notre imagination que l'on doit se représenter ce cas de figure...
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum