Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Apprendre à définir la démocratie

+9
Vangelis
invité1899
nnikkolass
benfifi
JimmyB
Anastase
Euterpe
Silentio
Janus
13 participants

descriptionApprendre à définir la démocratie - Page 9 EmptyRe: Apprendre à définir la démocratie

more_horiz
nnikkolass a écrit:
Voici un petit texte que j'ai trouvé (...)
« Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Les méthodes du genre de celles d’Hitler sont dépassées. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes. L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées. (...)

Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutiennent devront ensuite être traités comme tels. On observe cependant, qu’il est très facile de corrompre un individu subversif : il suffit de lui proposer de l’argent et du pouvoir ».

Extrait du Meilleur des mondes, d’Aldous Huxley (1932)


Nnikkolass, où avez-vous trouvé cet extrait ? J'ai relu Le Meilleur des Mondes sans y trouver votre texte.

Euterpe a écrit:
On croirait lire le portrait exact de notre société.

A ce propos, Huxley écrit dans sa préface : "(...) un livre sur l'avenir ne peut nous intéresser que si ses prophéties ont l’apparence de choses dont la réalisation peut se concevoir".

Euterpe a écrit:
Tant que l'historiographie française n'aura pas achevé d'intégrer l'historiographie anglo-saxonne, ce qui consiste à désacraliser la Révolution française, à renoncer au mythe de l'événement fondateur, nous ne disposerons pas encore de "modèles", de paradigmes, de visions propres à satisfaire les "besoins" de toute identité collective, et surtout à susciter une entreprise et un destin communs, un vrai contrat social. En guise de contrat, nous ne disposons que d'un État ; cela équivaut à marcher sur la tête. Il n'y a de contrat que social, seul à pouvoir fonder un État viable. Or notre État fut institué alors que le contrat social était rompu, alors que la guerre civile française n'était pas achevée (il n'est que de reprendre la chronique des années 1794-1799 - de Thermidor au Consulat). (...)

Qu’entendez-vous par besoins de toute identité collective ? Un événement fondateur ne participe-t-il pas à l’élaboration de cette identité collective ? Le fait que la Révolution fasse l’objet d’appropriations aussi légitimes que farfelues, n’est-ce pas ce qui contribue à brouiller l’image que cette identité collective se donne d’elle-même ? A empêcher que cette identité collective se forme ?

descriptionApprendre à définir la démocratie - Page 9 EmptyRe: Apprendre à définir la démocratie

more_horiz
Kvothe a écrit:
Nnikkolass, où avez-vous trouvé cet extrait ? J'ai relu Le Meilleur des Mondes sans y trouver votre texte.

Parler d'Hitler de la sorte en 1931 est quelque peu anachronique. Même dans Retour au meilleur des mondes on ne trouve pas ces passages. Par contre on peut trouver ces citations sur le net. Mais l'auteur qui semble à l'origine de ces lignes parle de prosopopée, avertissement qui a complètement échappé à nombre de lecteurs qui se sont empressés de relayer l'erreur un peu partout…

descriptionApprendre à définir la démocratie - Page 9 EmptyRe: Apprendre à définir la démocratie

more_horiz
Kvothe a écrit:
Nnikkolass, où avez-vous trouvé cet extrait ? J'ai relu Le Meilleur des Mondes sans y trouver votre texte.

Je pense qu'il s'agit d'un copier-coller de ce message (mais peu importe, dans la mesure où Vangelis nous a précisé qu'il s'agit d'une prosopopée, et non d'un texte de Huxley) : http://www.bistrotchine.com/viewtopic.php?pid=5536

Kvothe a écrit:
Qu’entendez-vous par besoins de toute identité collective ? Un événement fondateur ne participe-t-il pas à l’élaboration de cette identité collective ? Le fait que la Révolution fasse l’objet d’appropriations aussi légitimes que farfelues, n’est-ce pas ce qui contribue à brouiller l’image que cette identité collective se donne d’elle-même ? A empêcher que cette identité collective se forme ?

Tout ce qui contribue de près ou de loin au sentiment d'appartenance qui permet aux individus de se vivre comme les membres des communautés, petites ou grandes, dans lesquelles ils vivent et dont ils procèdent (de la famille à la nation, voire à l'humanité), autrement dit cela désigne ce qu'on nomme à tort ou à raison les expériences communes, ce qui fait que, vivant une même aventure humaine, des hommes vivent ou pensent vivre un même destin, un destin commun. C'est une part importante du contrat social.

Quant à l'événement fondateur, il a ceci de particulier qu'au lieu d'être créateur, il fut d'abord posé comme une table rase, de manière très consciente ("ancien" régime, abolition de la royauté en septembre 1792, terreur, "épuration"...). Je vous renvoie aux analyses de Furet, Rosanvallon, ou encore Gueniffey.

Le drame historique et identitaire français tient à l'institution et aux conditions de l'institution de ce qu'on appela et qu'on appelle encore "nation" à partir de 1789, non seulement un objet juridique (droit du sol -> naître, qui donne nation), mais un objet mystique. Mystique, parce que transcendantal et en partie indéterminé : unité ; indivisibilité. Les deux attributs majeurs de cet objet, et sans lesquels la nation ne serait pas la nation, sont et restent pour une part non négligeable des attributs mystérieux, puisque censés désigner, pour l'essentiel, un lien, le lien qui unit le Français au Français, le citoyen au citoyen, et qui donne la nation France. Aucun État-Nation n'a connu une telle mystique, même à l'ère des nationalismes. Les Prussiens ont essayé, sans y parvenir ; et pour cause, une "idéologie" ne saurait se substituer à une mystique (un objet de recherche intéressant consisterait à enquêter sur la récurrence des figures de Jeanne d'Arc et de Clio (allégorie) dans la littérature française des années 1880-1920 environ, chez Péguy, Barrès, Anatole France, etc. - Clio dont je rappelle qu'elle est la muse de l'histoire). D'où la prégnance de l'histoire chez les Français, que les autres ne parviennent quasiment pas à comprendre. En effet, l'indétermination de la nation est telle, et en même temps son évidence "intuitive" et mystique est si impérieuse, que l'histoire réelle, vécue, est devenue pour ainsi dire presque immédiatement (c'est-à-dire sans passer d'abord par le filtre historiographique, qui n'avait qu'à s'en saisir) une épopée (de Valmy à Sedan, etc.). Le cours de l'histoire française est un fleuve, un fleuve de sang.

La mystique nationale permet de comprendre bien des aspects de la France même contemporaine, aspects qui peuvent sembler parfois irrationnels. Par exemple, et pour retrouver la remarque et la question de JimmyB, cette mystique me paraît entretenir un lien étroit avec la conception française de l'égalité. Je me contenterai, pour l'illustrer, de citer une autre partie de l'œuvre de Victor Hugo que j'ai déjà citée dans un autre fil : Océan.
Victor Hugo a écrit:
Se faire une sphère de tous ses diamètres.
Le jour où toutes ces sphères, grandes, moyennes et petites, graviteront paisiblement dans le milieu social sans se heurter et sans se gêner les unes les autres, le problème posé en 1789 sera résolu. Nous l'avons dit ailleurs en d'autres termes, que les inégalités sociales se superposent aux inégalités naturelles, et l'équilibre politique est trouvé. C'est en ce sens qu'il est juste que la charte dise : égaux devant la loi comme l'évangile dit : égaux devant Dieu.
En somme, si la liberté se complique quelquefois d'aristocratie, l'égalité s'accommode trop souvent de l'esclavage. À tout prendre, nous préférons encore la liberté anglaise à l'égalité turque.
Mais on peut améliorer ce fait chez soi.
L'égalité que nous voulons, ce n'est pas le même petit carré pauvrement distribué à tout le monde, au gros comme au fluet, au grand comme au petit, suprême inégalité, selon nous. L'égalité que nous voulons, c'est le droit égal et sacré pour chacun de se développer à l'aise selon toutes ses facultés, grandes ou petites.

XXIVe poème de la section "Prose" du recueil.


Dernière édition par Euterpe le Ven 29 Juil 2016 - 11:57, édité 2 fois

descriptionApprendre à définir la démocratie - Page 9 EmptyRe: Apprendre à définir la démocratie

more_horiz
Je suis confus, je n'avais pas vérifié la source, une amie m'a transmis cet extrait par mail, et comme je l'ai dit dans un précédent message, je n'ai pas lu Huxley, ce n'est vraiment pas de la mauvaise foi, cela me servira de leçon, je vérifierai les sources les prochaines fois... Encore désolé.

descriptionApprendre à définir la démocratie - Page 9 EmptyRe: Apprendre à définir la démocratie

more_horiz
Deux logiques apparaissent, si je vous comprends bien. L’instabilité d’un État qui ne repose plus sur le contrat social, cette même instabilité débouchant sur l’impossibilité d’élaborer la nation (cf. Manent). Dans la mesure, donc, où la Nation naît de l’État le rejet strict de l’État hérité de l’Ancien régime n’a pas permis à la France de suivre une élaboration, une institution de la nation qui soit rationnelle - c'est-à-dire résultante d'un contrat, d'une association volontaire de ses membres ; fondant ainsi la nation sur une donnée mystique qui s‘hérite de la Révolution. 

La France est un cas particulier du fait de la prépondérance de la valeur mystique dans l’institution de la nation, mais c’est le fait de la Révolution (à l’inverse de la révolte) de vouloir instaurer un ordre nouveau de manière irréversible. Arendt en fait une « rupture inaugurale fondatrice de la liberté ». L’instabilité de l’État et la rupture du contrat social (dans la mesure où la révolution connaît des adversaires) ne sont-il pas des éléments normaux du processus révolutionnaire ? Plus clairement, l’idée de révolution semble avoir pour corolaire la violence, est-ce une fatalité ?
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum