Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Mélancolie intelligente

+3
Vangelis
Liber
Intransigeance
7 participants

descriptionMélancolie intelligente - Page 3 EmptyRe: Mélancolie intelligente

more_horiz
vif a écrit:
Je trouve cette réponse étonnante. Entre amateurs de dessins il y a donc une unanimité sur ce qui est beau ou pas ? Je fais pour ma part une distinction entre le beau et l'intéressant. Que ce dessin soit intéressant, je n'en doute pas. Mais personnellement je ne le trouve pas beau et je m'interrogeais justement pour savoir pourquoi on peut le trouver beau.


Dernière édition par vif le Lun 26 Sep 2011 - 19:34, édité 1 fois

descriptionMélancolie intelligente - Page 3 EmptyRe: Mélancolie intelligente

more_horiz
vif a écrit:
Liber a écrit:

vif a écrit:
Riche en significations certes mais je me pose la question : en quoi peut-on dire qu'il est superbe ?

Quand vous aimez le dessin, vous ne vous posez pas cette question. ;)

Je trouve cette réponse étonnante. Entre amateurs de dessins il y a donc une unanimité sur ce qui est beau ou pas ? Je fais pour ma part une distinction entre le beau et l'intéressant. Que ce dessin soit intéressant, je n'en doute pas. Mais personnellement je ne le trouve pas beau et je m'interrogeais justement pour savoir pourquoi on peut le trouver beau.
Ce n'est pas qu'une question de goût. Tout le monde n'a pas de goût, ça s'acquiert, plus ou moins ; encore faut-il avoir une certaine réceptivité et une certaine éducation. Et pour ceux qui ont du goût, qu'ils ne goûtent pas les mêmes choses ne doit pas induire en erreur. Les goûts varient comme on parle de la variation du même. Lisez Longin. Enfin on ne parle pas de la même chose quand on parle des manifestations, des formes de la beauté, ou bien des beautés de quelque chose. Quand vous trouvez belle une chose, vous ne vous demandez pas pourquoi elle est belle, vous avez une révélation : l'être est, c'est une expérience du monde. Pas une expérience subjective, qui n'est guère plus qu'un support, pas plus qu'une vulgaire boîte postale. Il se trouve qu'en une personne, l'expérience du monde a lieu. Ça n'a absolument rien à voir avec l'opinion. Rien.

descriptionMélancolie intelligente - Page 3 EmptyRe: Mélancolie intelligente

more_horiz
Les symboles présents sur le dessin sont vraiment intéressants : au fond l'infini ou Dieu (le soleil ou la lumière qui se répand), la mer, l'échelle de Jacob faisant le lien entre les mondes, un bloc de granit cassé et non géométrique (l'existence ?) et une sphère (l'être, le bonheur de l'unité, de la plénitude ?) au pied de l'ange abattu (déchu ? comme l'homme ?).

descriptionMélancolie intelligente - Page 3 EmptyRe: Mélancolie intelligente

more_horiz
Euterpe a écrit:
Ce n'est pas qu'une question de goût. Tout le monde n'a pas de goût, ça s'acquiert, plus ou moins ; encore faut-il avoir une certaine réceptivité et une certaine éducation

Je suis tout à fait d'accord avec ça.
On entend souvent, et surtout moi au lycée où l'exercice de la raison n'est que peu répandu : « Le beau est une affaire de goût, donc il n'a pas d'existence objective », curieux raisonnement ! Ceux qui tiennent ces propos nient l’existence du beau parce qu’ils n’ont pas le goût nécessaire pour l’apprécier. Autant nier l’existence du vrai parce que l’intelligence n’est pas donnée à tous. Ils oublient que l’intelligence, comme le goût, s’éduque....

Dernière édition par Aristippe de cyrène le Ven 16 Sep 2011 - 18:35, édité 1 fois

descriptionMélancolie intelligente - Page 3 EmptyRe: Mélancolie intelligente

more_horiz
Ce n'est pas parce que les hommes font chacun une expérience différente du Beau que ce dernier n'existe pas. Ce n'est pas le Beau qui est fâcheux, ce sont les différentes dispositions à en jouir, ou du moins à le reconnaître. C'est donc bien une affaire de relativisme, mais pas de la valeur du Beau, seulement de la relation qu'on entretient avec ce Beau qui se présente, quelles que soient ses formes, de toute manière à un moment ou à un autre. Cela dit, c'est peut-être une affaire de langage, néanmoins il nous arrive à tous de penser des expériences, semble-t-il diverses, sous le patronage du Beau. Peut-être est-ce l'homme qui devient insensible, pourquoi pas par manque d'éducation. Cela signifie-t-il qu'il faut savoir se montrer digne du spectacle que nous offre le Beau ?
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum