Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Spinoza pas à pas : les DEFINITIONS ; I

4 participants

descriptionSpinoza pas à pas : les DEFINITIONS ; I - Page 2 EmptyRe: Spinoza pas à pas : les DEFINITIONS ; I

more_horiz
Bonjour,

La cause de soi. 
Tel est bien le cœur du problème. Tout ce qui existe a une cause, et tout ce qui a une cause extérieure à soi ne peut être qualifié de divin.

descriptionSpinoza pas à pas : les DEFINITIONS ; I - Page 2 EmptyRe: Spinoza pas à pas : les DEFINITIONS ; I

more_horiz
Tel est bien le cœur du problème. Tout ce qui existe a une cause, et tout ce qui a une cause extérieure à soi ne peut être qualifié de divin


Oui. Vous résumez là les huit définitions et les sept axiomes de la première partie de l'Éthique. Cela dit, malgré le ton catégorique et la démarche déductive adoptés par Spinoza, il y a chez lui, néanmoins, une problématique dans le fait de choisir la cause de soi comme toute première définition. Comme le souligne Deleuze dans son Index des Principaux Concepts de l'Éthique, Spinoza reprend une notion (causa sui) du vocabulaire scolastique et qui n'est, jusque là, utilisée que par analogie avec la causalité efficiente d'Aristote. Selon cette analogie, en effet, la causalité efficiente n'est, rigoureusement parlant, qu'une causalité mécanique, donc exogène (A transmet son mouvement à B qui le transmet à C, etc.). Dès lors, on ne peut concevoir de causalité endogène (de cause de soi) qu'en regroupant arbitrairement un certain nombre de phénomènes qui, individuellement, s'analysent tous en phénomènes de causalité exogène : on dira par exemple que chaque rouage d'une horloge est mû par causalité efficiente, donc exogène, mais que, si l'on considère le tout de l'horloge, la causalité responsable du mouvement devient endogène et, en ce sens, on parlera, de manière dérivée et analogique de cause de soi : tout s'y passe comme si le mouvement de l'horloge était causa sui, mais on sait que ce n'est pas le cas. L'illusion provient là de l'abstraction que l'on a faite du mouvement initial de l'horloger (pour ne rien dire du mouvement qui meut l'horloger, etc., ad infinitum). Or il n'y a rien de cela chez Spinoza. La causa sui n'est pas une abstraction mais, tout au contraire LA causalité par excellence, et c'est la causalité efficiente qui va se trouver reléguée au rang d'analogie dérivée et abstraite. Il est clair que, du point de vue ontologique, tout le panthéisme (ou panenthéisme) de Spinoza, et, du point de vue méthodologique, tout son holisme, résident dans ce renversement.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum