Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Volonté de puissance, affects et pulsions

3 participants

descriptionVolonté de puissance, affects et pulsions - Page 2 EmptyRe: Volonté de puissance, affects et pulsions

more_horiz
Il n'y pas, chez Nietzsche, de volonté de puissance ("Wille der Macht"). Il n'est question que de volonté vers la puissance ("Wille zur Macht").

PhiPhilo.

descriptionVolonté de puissance, affects et pulsions - Page 2 EmptyRe: Volonté de puissance, affects et pulsions

more_horiz
PhiPhilo a écrit:
Il n'y pas, chez Nietzsche, de volonté de puissance ("Wille der Macht"). Il n'est question que de volonté vers la puissance ("Wille zur Macht").


Et quel en est donc l'impact sur sa compréhension ? 

Quoiqu'en effet, la formule « volonté de puissance » peut effectivement sous-entendre à mon sens qu'il y a volonté (entendu comme processualité) qui souhaite accroître sa puissance. L'autre formule « volonté vers la puissance » me paraît plus radicale: la volonté va plus loin que souhaiter accroître sa puissance, elle l'accroit tout simplement car faisant partie du processus à part entière.

Pourquoi avoir conservé alors la première formule dans les traductions contemporaines de Nietzsche ?

descriptionVolonté de puissance, affects et pulsions - Page 2 EmptyRe: Volonté de puissance, affects et pulsions

more_horiz
Chrome a écrit:
PhiPhilo a écrit:
Il n'y pas, chez Nietzsche, de volonté de puissance ("Wille der Macht"). Il n'est question que de volonté vers la puissance ("Wille zur Macht").


Et quel en est donc l'impact sur sa compréhension ? 

Quoiqu'en effet, la formule « volonté de puissance » peut effectivement sous-entendre à mon sens qu'il y a volonté (entendu comme processualité) qui souhaite accroître sa puissance. L'autre formule « volonté vers la puissance » me paraît plus radicale: la volonté va plus loin que souhaiter accroître sa puissance, elle l'accroit tout simplement car faisant partie du processus à part entière.

Pourquoi avoir conservé alors la première formule dans les traductions contemporaines de Nietzsche ?

La Wille zur Macht renvoie à quelque chose comme un vouloir-vivre schopenhauerien ou un conatus spinozien. C'est quelque chose de profondément ancré dans l'instinct de tout être vivant qui tend simplement à se manifester en faisant ("faire", en allemand se dit machen), fabriquant, produisant. La traduction par "volonté de ...", est non seulement un contre-sens (on impose des connotations intellectuelles, spirituelles là où il n'y en a pas), mais surtout un symptôme de l'hégémonie interprétative heideggerienne et post-heideggerienne (avec cette obsession de l'Entschlossenheit, "décision", "résolution", ...) sur la philosophie nietzschéenne.

PhiPhilo.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum