Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

descriptionDes monades vitalistes au langage "machine" ? EmptyDes monades vitalistes au langage "machine" ?

more_horiz
Bonjour,

Je m'intéresse au sujet des monades et découvre un peu la chose, donc je risque d'être très naïf. J'ai appris que Leibniz avait emprunté ce concept à Giordano Bruno, mais il est encore plus ancien puisque les grecs l'utilisaient déjà.

C'est par rapport à Leibniz que je m'interroge.

Voilà : Si quelqu'un pouvait me renseigner sur le fil conducteur qui conduit de la monade considérée comme une unité infiniment petite en "contact" avec l'infiniment grand (Dieu), ou plutôt étant son miroir partiel, et la constitution d'une langue universelle binaire, un langage machine, par les recherches de Leibniz en logique. Qu'est-ce qui relie les deux ?

En fait mon problème est celui-ci : si l'existence des monades réfutent l'atomisme et le mécanisme de l'univers, proposés par Descartes, il me paraît étrange d'aboutir, de la part de Leibniz, à la construction d'un langage machine, justement, qui pourrait "tout" résoudre, en ce même univers.

Merci.

descriptionDes monades vitalistes au langage "machine" ? EmptyRe: Des monades vitalistes au langage "machine" ?

more_horiz
En relisant mes notes, je vois que la monade est "simple", ce qui donne sans doute un début de réponse, puisque le langage machine a pour but de tout analyser en termes les plus simples qui soient.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum