Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

L'épanouissement technique aux XVIIIe et XIXe siècles : quelles raisons ?

2 participants

descriptionL'épanouissement technique aux XVIIIe et XIXe siècles : quelles raisons ? - Page 2 EmptyRe: L'épanouissement technique aux XVIIIe et XIXe siècles : quelles raisons ?

more_horiz
Euterpe a écrit:
L'atomisation de la société (approximativement : plasticité sociale) comme creuset du "tout technique" (intention technique claire) ? Est-ce bien l'hypothèse que vous souhaitez explorer ?

Je n'ai malheureusement pas la citation sous la main présentement mais, plus tard dans La Technique, Ellul avance en quelques mots l'hypothèse que le phénomène technicien tendrait à reproduire dans son expansion les conditions qui lui ont été favorables, dans la mesure où elles peuvent l'être. Au fond ce sujet de discussion part de là. Comment comprendre le sens et estimer la justesse de cette hypothèse, si je ne connais pas un minimum ce que son analyse des origines du phénomène technicien recouvre ? D'autre part, je vois bien que l'atomisation sociale telle qu'elle se produit graduellement et comme spontanément en Europe au XVIIIe siècle (ce que m'aide beaucoup à comprendre Tocqueville lorsqu'il décrit notamment l'évolution dans l'administration des campagnes françaises à l'aube de la Révolution) correspond à une réalité très différente lorsque cette atomisation se produit brutalement et artificiellement, comme dans certaines colonies du tiers-monde - sans, pour autant, que je puisse dire "ce sont deux processus entièrement différents", et notamment parce que, dorénavant, j'aperçois, même si c'est encore trop évasif, le rôle actif de la technique et comment elle consiste en effet, lorsque l'atomisation se produit bien, en l'apparition d'un ensemble de plus en plus dense de médiations techniques qui maintiennent, malgré l'atomisation et en la favorisant, une cohérence sociale d'un type nouveau. Sur les prodromes historiques de la classe ouvrière, oui c'est en effet la suite logique de ces investigations. Et oui vous avez bien compris l'hypothèse que je souhaite explorer. En un sens la question est comment et pourquoi passe-t-on d'une solidarité mécanique à une solidarité organique, si ces catégories sont bien pertinentes, pour ensuite être en mesure d'estimer ce que fait la technique là-dedans.

Dernière édition par Zingaro le Mar 27 Oct 2015 - 16:17, édité 2 fois (Raison : Orthographe)

descriptionL'épanouissement technique aux XVIIIe et XIXe siècles : quelles raisons ? - Page 2 EmptyRe: L'épanouissement technique aux XVIIIe et XIXe siècles : quelles raisons ?

more_horiz
kercoz a écrit:
Nous avons remplacé non seulement le "Flic dans la tête" par un CRS dans un car, mais aussi les autres fonctions auto-assurées : le témoin, le juge, le juré, etc. Goffman dit qu'il est plus grave de faire perdre la face que de la perdre et la faire perdre à ses proches du fait de ses actes était un moyen coercitif économe en fonctionnaires.

On trouve chez Tocqueville des indications intéressantes à ce sujet. L’État monarchique avance, dans le demi siècle précédant la Révolution, très en avant dans le contrôle des décisions locales - il faut attendre parfois plus d'un an l'autorisation du Conseil du roi pour refaire le toit d'une chapelle dans un village ; toutes les affaires où sont impliqués des fonctionnaires sont prises en charge par une justice indépendante, administrative, dont les ressorts sont inconnus des gens ; la France est gouvernée par une trentaine de personnalités qui ne sont pas des nobles mais des fonctionnaires, qui accèdent à ces fonctions et peuvent être répudiées à tout moment ; les nobles n'ont plus même l'idée de combattre le pouvoir royal, ils aspirent ardemment à le servir... Etc. Autant de fragments qu'il faut creuser encore. Et comment le pouvoir royal a-t-il pu s'avancer autant ? Qu'était-il auparavant ? Et pourquoi la féodalité était-elle en ruines ?... Aucune raison de s'arrêter là !

descriptionL'épanouissement technique aux XVIIIe et XIXe siècles : quelles raisons ? - Page 2 EmptyRe: L'épanouissement technique aux XVIIIe et XIXe siècles : quelles raisons ?

more_horiz
kercoz a écrit:
Les intrications de pouvoir de la royauté, de la noblesse et de la religion étaient tout sauf simples et centralisées. On serait bien étonné de démontrer que cet assemblage est un ordre assez naturel de type chaotique, très stable et proche du système Califat des arabes.

L’État, montre Tocqueville, est déjà, avant que la Révolution ait lieu, très centralisé par rapport à ce qu'il avait été - Tocqueville a-t-il été détrompé dans des travaux ultérieurs ? Merci pour cette référence, en plein dans le mille.

descriptionL'épanouissement technique aux XVIIIe et XIXe siècles : quelles raisons ? - Page 2 EmptyRe: L'épanouissement technique aux XVIIIe et XIXe siècles : quelles raisons ?

more_horiz
Zingaro a écrit:
On trouve chez Tocqueville des indications intéressantes à ce sujet. L’État monarchique avance, dans le demi siècle précédant la Révolution, très en avant dans le contrôle des décisions locales - il faut attendre parfois plus d'un an l'autorisation du Conseil du roi pour refaire le toit d'une chapelle dans un village ; toutes les affaires où sont impliqués des fonctionnaires sont prises en charge par une justice indépendante, administrative, dont les ressorts sont inconnus des gens ; la France est gouvernée par une trentaine de personnalités qui ne sont pas des nobles mais des fonctionnaires, qui accèdent à ces fonctions et peuvent être répudiées à tout moment ; les nobles n'ont plus même l'idée de combattre le pouvoir royal, ils aspirent ardemment à le servir... Etc. Autant de fragments qu'il faut creuser encore. Et comment le pouvoir royal a-t-il pu s'avancer autant ? Qu'était-il auparavant ? Et pourquoi la féodalité était-elle en ruines ?... Aucune raison de s'arrêter là !


kercoz a écrit:
Il faut lire B. de JOUVENEL


Attention toutefois à ne pas perdre de vue que Tocqueville avec L'Ancien régime et la Révolution, et Jouvenel avec Du Pouvoir, n'écrivent pas des œuvres historiques (ce ne sont pas des historiens), mais proposent chacun un essai historique.
Si ces œuvres sont évidemment des classiques incontournables, à lire et à relire, elles doivent être nuancées par le recours à des données factuelles que seuls des ouvrages d'histoire peuvent vous fournir. Vous pouvez commencer par le Malet-Isaac, par exemple.

Zingaro, je vous recommande, dans un premier temps, un témoin direct du temps : Arthur Young, Voyages en France ; et un ouvrage qui reste un classique de l'histoire : Henri Sée, La France économique et sociale au XVIIIe siècle.

Puisque Kercoz s'y réfère, et que vous devrez sans doute le lire aussi, vous pouvez télécharger le livre de Jouvenel : ici.

descriptionL'épanouissement technique aux XVIIIe et XIXe siècles : quelles raisons ? - Page 2 EmptyRe: L'épanouissement technique aux XVIIIe et XIXe siècles : quelles raisons ?

more_horiz
Fantastique ! De quoi m'occuper un moment...
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum