Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Consistance des affirmations invérifiables et irréfutables.

+3
Vangelis
louispascal
Syst.
7 participants

descriptionConsistance des affirmations invérifiables et irréfutables. - Page 12 EmptyRe: Consistance des affirmations invérifiables et irréfutables.

more_horiz
Le sujet parle de la consistance des affirmations invérifiables et irréfutables.

Le monde est ainsi fait que je peux croire en ma totale liberté de pensée. Cette affirmation est irréfutable, parce qu'elle ne dépend que de moi au moment où je l'affirme et de personne d'autre. Cette liberté ne dépasse pas l'individu mais en revanche, elle est infiniment solide. Cette unique certitude irréfutable est le seul point d'appui sur lequel repose l'ensemble de ma logique. C'est son départ, sa nature fondamentale.

Est-elle invérifiable ? Absolument. 
Simplement, parce que la nature m'a fait dieu en son jardin. La taille du jardin est infiniment petite, mais peu importe, j'y suis dieu. Et mon pouvoir me permet de décider que mon affirmation est strictement invérifiable. Je m'en fous, c'est comme ça et pas autrement, je suis libre.
Ce pouvoir réduit à moi-même est extraordinaire, puisqu'il me permet tout aussi bien de décider le contraire, que cette affirmation irréfutable est vérifiable, puisque je la vis. C'est paradoxal ? Oui, mais c'est comme ça, c'est privé.

Pensez à supprimer le formatage du texte lorsque vous passez par un logiciel de traitement de texte. (Eunomia). 

descriptionConsistance des affirmations invérifiables et irréfutables. - Page 12 EmptyRe: Consistance des affirmations invérifiables et irréfutables.

more_horiz
Mon propos ne visait pas à accabler Crosswind, seulement à remettre quelques idées au clair ;)

descriptionConsistance des affirmations invérifiables et irréfutables. - Page 12 EmptyRe: Consistance des affirmations invérifiables et irréfutables.

more_horiz
Syst. a écrit:
Mon propos ne visait pas à accabler Crosswind, seulement à remettre quelques idées au clair ;)


Merci ! Mon propos était en effet de mettre en évidence ce fait élémentaire : un raisonnement justifiable se base immanquablement sur l'état des connaissance de celui qui émet un avis sur la justification. sur un référentiel de connaissance.

En demandant à quelqu'un son avis sur la non-permutabilité simple A*B différent de B*A, deux personnes avec des connaissances mathématiques différentes auront des avis différents quant à un raisonnement basé sur cette justification. Ceux qui ne connaissent que les réels trouveront le raisonnement faux, tandis que ceux qui connaissent le calcul matriciel auront un avis bien moins tranché.

Si l'on y réfléchit, toute justification procède d'un référentiel de connaissance. Tant que deux personnes utilisent le même, il n'y a pas de problème. Mais si le référentiel de l'un diffère de l'autre, il s'agit de confronter les deux, et là je me demande comment déterminer lequel est "correct". Bien sûr, il ne s'agit pas ici de douter du fait que le caissier s'est trompé dans sa note au supermarché. Mais dès que l'on parle de sujet plus obscurs, le référentiel prend toute sa consistance.

descriptionConsistance des affirmations invérifiables et irréfutables. - Page 12 EmptyRe: Consistance des affirmations invérifiables et irréfutables.

more_horiz
Pour reprendre notre exemple, dans une discussion entre quelqu'un qui ne connaît que les nombres réels et quelqu'un qui connaît les différents types de corps mathématiques, c'est au deuxième de s'adapter aux raisonnements du premier car l'inverse n'est pas possible. (NB : Je ne connais pas vraiment les corps mathématiques, j'suis en cursus de bio pas de maths :D ) Je pense que de façon générale celui qui en sait plus devrait s'adapter aux raisonnements de celui qui en sait moins, compléter s'il y a des manques, corriger les erreurs et éventuellement signaler un excès de confiance dans un domaine… sans démoraliser l'interlocuteur, c'est toujours mieux :) Comme ça tout le monde progresse. Je dis bien tout le monde, parce qu'on peut être celui qui en sait plus sur un sujet par rapport à une personne mais on ne peut l'être ni sur tous les sujets ni devant tous.

La détermination de la véracité d'une proposition n'est pas une mince affaire. Je m'intéresse depuis peu à la méthode qui permet d'y parvenir. Je crois que ce problème relève de l'épistémologie.
Une chose importante que je voudrais signaler : Quand deux énoncés sont contradictoires, au moins un des deux énoncés est faux. Principe essentiel de la logique qui est trop souvent oublié à mon avis.

descriptionConsistance des affirmations invérifiables et irréfutables. - Page 12 EmptyRe: Consistance des affirmations invérifiables et irréfutables.

more_horiz
Crosswind a écrit:
Mais si le référentiel de l'un diffère de l'autre, il s'agit de confronter les deux, et là je me demande comment déterminer lequel est "correct".

Je reformule ce qu'a dit Syst.
Votre question n'est pas valable parce que votre exemple n'est pas bon. Le référentiel n'est pas telle ou telle personne, mais les mathématiques. Quand vous avez une fuite, vous appelez un plombier ou un menuisier ?

Ps : Quand vous éditez votre sujet pour le modifier, merci de le signaler. Vous aviez omis dans la première édition de préciser qu'il s'agissait d'une multiplication, même s'il y avait de grandes chances pour que cela le soit (mais sait-on jamais). Chose que vous rectifiez en éditant votre message. Ainsi celui qui vient après et demande si c'est bien une multiplication, passe pour un imbécile.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum