Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

[résolu]L'usage kantien de la locution "a priori".

4 participants

description[résolu]L'usage kantien de la locution "a priori". - Page 2 EmptyRe: [résolu]L'usage kantien de la locution "a priori".

more_horiz
Merci pour cette clarification. Il m'est à présent nécessaire de trouver un exemple de connaissance a priori pure.

description[résolu]L'usage kantien de la locution "a priori". - Page 2 EmptyRe: [résolu]L'usage kantien de la locution "a priori".

more_horiz
wikipedia a écrit:
Un jugement analytique est une proposition qui, bien que certaine, n'apprend rien de nouveau, mais ne fait qu'expliciter ce qui est déjà dans le concept. C'est donc une proposition "explicative". Par exemple, si je dis « tous les corps sont étendus », je ne fais qu'expliquer le concept de « corps », c'est-à-dire que je l'analyse en le décomposant en sous-concepts (le concept d'étendue est un sous-concept du concept de corps). Cette proposition, « tous les corps sont étendus », qui ajoute un prédicat, l'étendue, au sujet, le corps, est donc nécessairement vraie, puisque le prédicat (étendu) appartient déjà au sujet (corps).

Un tel jugement est donc a priori en ce qu'il est nécessairement et universellement vrai, c'est-à-dire vrai en tout temps et en tout lieu. Il s'agit donc d'une vérité certaine. La nécessité et l'universalité sont en effet, selon Kant, les deux critères de la connaissance a priori, donc indépendante de l'expérience, c'est-à-dire d'une connaissance pure.

Tout le projet kantien va tourner autour de cette élaboration, pour la métaphysique, d'une connaissance pure (d'où l'expression « raison pure »), donc nécessaire et universelle, ou encore certaine. La connaissance empirique ne peut en effet fournir qu'une connaissance du général, mais elle ne peut pas établir de véritable loi scientifique. En d'autres termes, la connaissance empirique s'expose toujours à un démenti de l'expérience : un fait ne peut être considéré comme vrai que jusqu'à ce qu'un autre fait ne vienne le démentir. La supériorité épistémologique de la connaissance pure et a priori sur la connaissance empirique est donc évidente.

Le principe de causalité, selon lequel « tout changement a une cause », est lui aussi un jugement a priori : le concept de cause contient en lui-même celui d'une liaison nécessaire entre la cause et l'effet.

Cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/Théorie_de_la_connaissance_de_Kant#Le_jugement_analytique_a_priori_et_la_connaissance_pure

description[résolu]L'usage kantien de la locution "a priori". - Page 2 EmptyRe: [résolu]L'usage kantien de la locution "a priori".

more_horiz
Pour reprendre votre exemple
Tous les corps sont étendus
Pour moi ce n'est pas une connaissance pure, de par le concept de "corps", se concevant uniquement par l'expérience. Ou sinon ce que je devrais comprendre c'est que ce qui est a priori pur est le fait de réemployer une partie de la définition, ce qui évidemment n'a pas besoin d'expérience pour établir une connaissance déjà établie, soit la définition de "corps", d'avoir comme prédicat l'étendue.

description[résolu]L'usage kantien de la locution "a priori". - Page 2 EmptyRe: [résolu]L'usage kantien de la locution "a priori".

more_horiz
anoho a écrit:
Pour reprendre votre exemple
Tous les corps sont étendus
Pour moi ce n'est pas une connaissance pure, de par le concept de "corps", se concevant uniquement par l'expérience. Ou sinon ce que je devrais comprendre c'est que ce qui est a priori pur est le fait de réemployer une partie de la définition, ce qui évidemment n'a pas besoin d'expérience pour établir une connaissance déjà établie, soit la définition de "corps", d'avoir comme prédicat l'étendue.
Vous devriez prendre le temps de lire les textes, Kant est explicite pour le sujet qui vous occupe, et qui ne présente pas de difficulté insurmontable. Des exemples de connaissance pure, il en donne en nombre suffisant dans ses œuvres. Toutefois, on ne peut vous les citer dans leur intégralité. Dans les citations qu'on vous a proposées, il dit :
si toutes nos connaissances commencent avec l'expérience, il n'en résulte pas qu'elles dérivent toutes de l'expérience
Regardez les passages de ses œuvres où il parle des mathématiques et notamment de la géométrie. Vous gagneriez également à lire sa préface aux Fondements de la métaphysique des mœurs, où il dresse un tableau très clair de l'organisation des connaissances. Vous voulez comprendre quelque chose ? Faites l'effort de lire la première moitié de la Critique de la raison pure (Esthétique transcendantale et Analytique). Face à la paresse intellectuelle, le forum ne peut rien faire - ayez le bon sens de supposer que Kant sait de quoi il parle.

Dernière édition par Euterpe le Mer 10 Aoû 2016 - 13:19, édité 3 fois

description[résolu]L'usage kantien de la locution "a priori". - Page 2 Emptyclarification du terme a priori

more_horiz
Il vous faut avant tout comprendre la spécificité du concept d'a priori kantien par rapport au sens général de l'a priori. Cela a déjà été expliqué, mais pour faire encore plus simple : a priori au sens général = ce qui est avant toute expérience ; concept d'a priori kantien = ce qui est avant toute expérience + ce qui rend toute expérience possible. Ainsi, on comprend que la spécificité du concept de Kant réside dans le second volet de la définition qui renvoie aux 12 catégories (a priori) de l'entendement.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum