Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

descriptionSur l'adéquation d'une idée. EmptySur l'adéquation d'une idée.

more_horiz
Dans la seconde partie de l'ouvrage de l'Éthique, Spinoza définit l'essence de l'idée d'une chose. Il soutient que l'idée qu'un individu a d'une chose observée contient plus d'information sur l'observateur que sur l'objet observé. Je me demande du coup : comment cette idée peut-elle donc être adéquate ?

J'imagine qu'elle ne devient adéquate qu'une fois débarrassée de la part de soi-même qu'elle contient, mais... Comment en être certain ?

descriptionSur l'adéquation d'une idée. EmptyRe: Sur l'adéquation d'une idée.

more_horiz
Faites-vous référence à Éthique II, Proposition XVI, Corollaire 2 ?
les idées que nous avons des corps extérieurs marquent bien plus la constitution de notre corps que la nature des corps extérieurs : ce qui a d’ailleurs été expliqué par beaucoup d’exemples dans l’Appendice de la première partie
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum