Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Grégory Bateson : "toute idée est une différence".

3 participants

descriptionGrégory Bateson : "toute idée est une différence". EmptyGrégory Bateson : "toute idée est une différence".

more_horiz
Dans Vers une écologie de l'esprit, Grégory Bateson dit que toute idée est une différence.
C'est cette affirmation que j'aimerais voir débattue ici.

Bateson veut sortir des présupposés atomistes, il s'évertue à développer une approche de la réalité par l'information. Dans une telle approche nous ne percevons que des différences, en matière de sensations comme de perceptions, lesquelles sont deux ordres différents de différences... Je ne distingue une couleur que parce qu'elle se différencie des autres, et son existence requiert cet espace. De même je distingue une texture d'une autre parce qu'elles sont différentes au regard des sensations qu'elles suscitent. Ainsi le réel est-il une masse informe de différences, dont certaines nous sont perceptibles, et, à l'intérieur de celles-ci, dont certaines font une différence. Une idée est donc une différence qui fait une différence.

Qu'en pensez vous ?
Ce questionnement est-il philosophique ?

descriptionGrégory Bateson : "toute idée est une différence". EmptyRe: Grégory Bateson : "toute idée est une différence".

more_horiz
Bonjour,

je pense qu'il est difficile de dire si la réflexion est philosophique ou ne l'est pas, mais la question soulevée est intéressante.

J'y opposerais tout de même une idée (que vous n'avez peut-être pas développée) : dans le cas du daltonisme par exemple, les couleurs ne se différencient pas les unes des autres. Pourtant, elles sont constituantes d'une réalité. La véritable question que j'aurais à vous poser serait : l'unité de la réalité est-elle constituée par les différences, ou n'est-elle pas une reconstitution par ce que l'on pense singulier ?
Toujours dans le cas du daltonisme : la réalité à laquelle le daltonien accède est une reconstitution de la réalité, que ceux, non atteints par cette pathologie, distinguent dans des tonalités et nuances diverses. Qui détient la reconstitution la plus proche du réel : celui qui perçoit les différences ou celui qui les confond ?

descriptionGrégory Bateson : "toute idée est une différence". EmptyRe: Grégory Bateson : "toute idée est une différence".

more_horiz
Bonjour,
Baudyscourt a écrit:
dans le cas du daltonisme par exemple, les couleurs ne se différencient pas les unes des autres. Pourtant, elles sont constituantes d'une réalité.
Parlez-vous de la réalité du daltonien ou du non-daltonien ?

La véritable question que j'aurais à vous poser serait : l'unité de la réalité est-elle constituée par les différences, ou n'est-elle pas une reconstitution par ce que l'on pense singulier ?
Je suis navré, je ne comprends pas la question. Pourriez-vous développer, et notamment ce que vous entendez par "ce que l'on pense singulier" ainsi que "l'unité de la réalité" ? Autrement, j'ai peur de répondre à côté.

descriptionGrégory Bateson : "toute idée est une différence". EmptyRe: Grégory Bateson : "toute idée est une différence".

more_horiz
Bonjour,

je vais donc préciser mon propos

Je parle de la réalité du daltonien, celui-ci ne distinguant pas les différentes tonalités de certaines ou d'une couleur(s).

Concernant la deuxième question (et j'espère que mon développement sera suffisant afin que nous puissions approfondir le sujet) : En fait, dans le raisonnement tout à fait intéressant que vous exposez, il m'est apparu que la réalité était perçue parce qu'elle porte en elle la différence (je résume l'interprétation que j'eus de votre propos, pardonnez-moi si je n'en distille pas toutes les nuances). Je pense néanmoins que cette différence n'est pas dans la réalité, mais dans la perception ; elle est en soit une interprétation : je vois du vert, du rouge, mais sont-ils différents ? N'est-ce pas l'interprétation que j'en fais ? En effet, d'autres êtres vivants (les mouches, par exemple) ne discernent pas les couleurs, d'autres, au contraire, les confondent. La réalité que je pense donc singulière, n'est-elle pas le fruit d'une interprétation ?

descriptionGrégory Bateson : "toute idée est une différence". EmptyRe: Grégory Bateson : "toute idée est une différence".

more_horiz
C'est tout le problème entre la réalité et l'aptitude à la percevoir.
Entre l'absolu et la vérité individuelle, distordue par de multiples facteurs, tant physiologiques que culturels...

Que la perception soit relative, forcément, puisque l'Humain est un animal social, donc constitué aussi d'interactions (l'étant qui se combine avec l'être, en somme).
Donc oui, la perception se fait par analogies ou différences quant à un référentiel, une norme, sauf à être non analysé.

Mais de là a en déduire que le Réel est "ce que je vois"... c'est aller vite, non ?
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum