Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Déconstruire les représentations sociales ?

3 participants

descriptionDéconstruire les représentations sociales ? EmptyDéconstruire les représentations sociales ?

more_horiz
Bonjour,

La pensée lucide, aujourd'hui, n'est-elle pas forcée de commencer par une vaste entreprise de déconstruction des représentations sociales ? J'ai parfois l'impression que nous croulons sous elles, elles se multiplient bien plus vite que nous ne pouvons réfléchir ou même ressentir. Notre époque n'est-elle pas particulière, sur ce plan ? Il me semble parfois être coupé du vécu, de l'expérience "brute" dans ce qu'elle a de plus simple, car les représentations sociales viennent systématiquement s'y glisser et former une pellicule entre la pensée et le réel. Nous ne pouvons plus découvrir d'objets, si des représentations courent sans cesse qui nous en donnent une idée avant de les avoir rencontrés. Comment retrouver le vécu, notre errance est-elle irrémédiable ?

Navré de devoir aller si vite, je n'ai pas d'autre référence qu'une sensation assez vague. Par ailleurs, j'aimerais qu'on laisse ce sujet dans le forum débutant (on y peut réfléchir quand même !).

descriptionDéconstruire les représentations sociales ? EmptyRe: Déconstruire les représentations sociales ?

more_horiz
Pouvez-vous donner des exemples de ces représentations sociales qui obstruent l'expérience du réel ?

descriptionDéconstruire les représentations sociales ? EmptyRe: Déconstruire les représentations sociales ?

more_horiz
papillon a écrit:
Pouvez-vous donner des exemples de ces représentations sociales qui obstruent l'expérience du réel ?

Des pré-adolescents regardent "La Boom". Désormais, ils ont un schéma pour appréhender les soirées et l'adolescence en général. Leurs propres expériences n'y pourront pas correspondre ni même s'y réduire, néanmoins les images intériorisées deviennent autant de références.

Autre sujet : le porno. Pensez-vous que "consommer" de la pornographie soit sans effet sur la "vraie" sexualité ?

D'une manière générale, nous vivons dans un flot constant d'informations qui véhiculent des représentations du monde et nous mettent en contact avec des objets parfois très lointains avec lesquels nous n'avons pas d'autre lien d'expérience qu'une poignée d'images captées à la volée.

descriptionDéconstruire les représentations sociales ? EmptyRe: Déconstruire les représentations sociales ?

more_horiz
Je suis globalement en accord avec vous. Mais pour reprendre l'exemple de la pornographie, je pense que cela n'empêche pas de tomber amoureux. Il faut distinguer l'innocence et la pureté des sentiments d'une certaine naïveté.

descriptionDéconstruire les représentations sociales ? EmptyRe: Déconstruire les représentations sociales ?

more_horiz
papillon a écrit:
Je suis globalement en accord avec vous. Mais pour reprendre l'exemple de la pornographie, je pense que cela n'empêche pas de tomber amoureux. Il faut distinguer l'innocence et la pureté des sentiments d'une certaine naïveté.

En fait, à bien y réfléchir, le champ des représentations (pellicule entre le réel et la pensée) peut tout aussi bien recouvrir les connaissances, au moins avant qu'elles aient été transformées en savoir. C'est le cas de l'enfant apprenant sa leçon qui rencontre une notion inconnue.

Il y a un long processus qui va de l'assimilation d'une représentation au surgissement de la réalité à laquelle elle correspond : le mot attire l'attention sur une zone de flottement que l'esprit investit (éventuellement) jusqu'à ce qu'il puisse se délester du mot et retrouver le réel. La pensée elle-même devient plus "pure, innocente" (pour reprendre vos termes) : elle soulève du réel, de l'expérience, et non des mots. Cette pensée-là est presque déjà de l'ordre de l'action.

Mais la réalité que l'esprit retrouve en se délestant du mot, est-elle par soi-même, sans le mot ? Est-ce qu'elle attendait là d'être déployée, immuable, en sorte que le mot n'ait jamais été qu'une étape vers une sensibilité plus fine et efficace ; ou est-ce que le mot a été un agent actif, comme une structure qui, une fois parfaitement assimilée, s'efface au profit de ce à quoi elle a donné forme ?
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum