Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

L'angoisse

+3
Liber
Euterpe
benfifi
7 participants

descriptionL'angoisse EmptyL'angoisse

more_horiz
Bonjour,
Qu'est-ce qui fait naître l'angoisse ?
Merci.

descriptionL'angoisse EmptyRe: L'angoisse

more_horiz
Pour vous donner un cadre à partir duquel envisager la question, on peut rapporter l'angoisse à l'inquiétude. On sait toujours pourquoi on est inquiet : l'inquiétude a un objet, est toujours rapportée à un objet (ma fille est malade : je suis inquiet ; ma fille guérit : je ne suis plus inquiet). On ne sait jamais pourquoi on est angoissé : l'angoisse ne peut être rapportée à aucun objet (je me promène, tranquillement, sur les quais d'une ville et, au détour d'une rue, sans savoir pourquoi, l'angoisse m'étreint). L'angoisse est métaphysique : dire qu'on est angoissé, c'est dire que l'angoisse est ce qui détermine essentiellement ce qu'on est. C'est un mal être ; être, c'est être mal. En ce sens, on n'est pas inquiet. L'inquiétude consiste à penser à quelque chose ou à quelqu'un avec lequel on entretient un rapport, vital ou pas, qui peut donner une pensée fondamentalement triste, mais qui tient à l'importance ou à la valeur de ce à quoi on est rapporté. L'inquiétude nous vient du dehors ou de l'autre, parce que c'est à l'autre qu'on pense. L'angoisse nous vient du dedans : c'est cet autre qui est en nous, et qui, dès lors qu'il s'est présenté à nous, ne nous quittera plus jamais.

L'inquiétude, on le voit, est rationnelle, et on trouve aisément bien des parades, bien des manières de s'en accommoder, quand on a une tendance prononcée à l'inquiétude. L'angoisse vous rive à l'aliénation, à la folie, à la création. On peut vivre avec un inquiet, c'est autrement plus compliqué de se taper un angoissé.

Évidemment, je n'ai pas répondu à votre question. Je ne sais pas si on peut. D'autres peut-être pourront vous proposer des points de vue plus éclairants.

descriptionL'angoisse EmptyRe: L'anngoisse

more_horiz
Euterpe a écrit:
L'angoisse vous rive à l'aliénation, à la folie, à la création.

Je vous suis concernant les deux premiers éléments. Je bloque sur le dernier.
Pouvez-vous expliciter, s'il vous plaît ?

descriptionL'angoisse EmptyRe: L'angoisse

more_horiz
Bonsoir,

la création est souvent et prioritairement considérée comme une activité extra-ordinaire, a-normale, etc. Même sans devenir des artistes géniaux (et après tout, en quoi cela serait-il nécessaire ?), on constate que les natures angoissées (qui, sans être rares, ne sont pas si fréquentes qu'il y paraît), sont plus enclines que les autres à l'activité artistique (au sens le plus large : littérature, peinture, musique, etc.). Ce qui est passionnant dans la création artistique, c'est qu'elle donne l'être à ce qui n'existe pas. Créer, c'est faire être ce qui, sinon, n'existerait pas. Comme si la création d'une œuvre était aussi la (re)création de soi-même ou la figuration de cet autre qui habite l'angoissé, et même la figuration de l'angoisse, cet autre-que-soi qui habite certaines personnes au point de se substituer à elles. Or c'est le propre de l'aliénation : la dépossession de soi. Être aliéné, c'est ne plus s'appartenir soi-même, mais appartenir à quelqu'un ou à quelque chose d'autre (cf. l'alien, du reste).

On peut s'intéresser à la création, d'une part comme à l'instauration d'un dialogue avec cet autre qu'on a réussi à figurer, qu'il fallait coûte que coûte figurer, pour le voir, pour se le représenter, peut-être même pour commencer à le contrôler, et ainsi espérer ré-habiter en soi-même, se ré-habituer à soi-même (exorciser son mal, se "rapatrier", sortir d'un exil intérieur et d'autant plus destructeur qu'il n'est pas choisi)) ; d'autre part comme à ce qui permet de convertir sa folie (l'angoisse) en création.

L'angoissé est plus réceptif que les autres. Son "absence" apparente, au milieu des autres, n'est qu'apparente. Il est plus émotif et plus sensible. Plus profond. Plus difficile à comprendre. Il faut donc employer les grands moyens, pour ainsi dire, s'il veut espérer se comprendre lui-même, et devenir accessible aux autres. Prenons l'exemple de Van Gogh. Faisons disparaître ses œuvres. Que nous reste-t-il pour le comprendre ? Rien. Pourquoi ? Parce qu'il ne reste rien de la "langue" qu'il a dû inventer pour être au monde.

descriptionL'angoisse EmptyRe: L'angoisse

more_horiz
Euterpe a écrit:
Même sans devenir des artistes géniaux (et après tout, en quoi cela serait-il nécessaire ?), on constate que les natures angoissées (qui, sans être rares, ne sont pas si fréquentes qu'il y paraît), sont plus enclines que les autres à l'activité artistique (au sens le plus large : littérature, peinture, musique, etc.).

L'œuvre d'art serait donc pour vous prioritairement l'expression d'émotions contraignantes (y compris l'angoisse métaphysique, l'angoisse d'être) dans un but de libération. Parlant de moi-même, je place l'ennui comme la motivation première de la création artistique. L'ennui finit par créer l'angoisse, la création artistique est alors un excellent moyen de la dissiper en inventant un autre monde plus émouvant que le monde réel, plus vibrant, plus chaud.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum