Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

L'identité.

3 participants

descriptionL'identité. EmptyL'identité.

more_horiz
Bonjour,

Connaissez-vous le poème Clown de Michaux (in L'espace du dedans) ?
Je cherche des textes philosophiques faisant écho à ce poème où Michaux dit :
ramené au-dessous de toute mesure à mon rang réel, au rang infime que je ne sais quelle idée-ambition m’avait fait déserter.
Anéanti quant à la hauteur, quant à l’estime.
Perdu en un endroit lointain (ou même pas), sans nom, sans identité.

Il cherche à accéder à son essence, à la liberté d'être soi...

J'ai pensé à un texte de Nietzsche où il est question de l'illusion grammaticale du "je", mais je cherche aussi des textes en rapport avec la dimension sociale de l'identité...
Pensez-vous à des textes en particulier, ou des livres ?
Bon dimanche.

descriptionL'identité. EmptyRe: L'identité.

more_horiz
Lisez, de Clément Rosset, cet opuscule édité aux Éditions de minuit, Loin de moi.

Malheureusement, à une époque où il paraît évident à la plupart de nos frères en humanitude qu'ils ont, que dis-je ?, qu'ils sont un moi, quand ils croient même déceler son évidence dans la psychanalyse, qui montre pourtant cette toute autre évidence, et qui devrait être évidente à tous, qu'il n'y a personne, on ne trouve pratiquement rien à propos de ce que vous demandez.

Après tout, c'est très bien ainsi. Attendez un crépuscule propice pour trouver un petit promontoire solitaire, quand les ors blancs de la lune finissent d'infuser les pourpres solaires. Vous aurez votre réponse.

Dernière édition par Euterpe le Lun 24 Juil 2017 - 10:48, édité 1 fois

descriptionL'identité. EmptyRe: L'identité.

more_horiz
Bonjour,
et merci pour ce conseil, qui tombe très bien car je viens de finir Paroles d'homme, mémoires de singe. Intelligent, bien écrit, clair. Il a le mérite de trancher le vieux débat de l'inné et l'acquis. Vraiment, ce fut une découverte ! Encore merci et bonne journée.

descriptionL'identité. EmptyRe: L'identité.

more_horiz
Quant à la question de savoir comment la psychanalyse montre qu'il n'y a personne... j'aimerais aussi en savoir plus !

descriptionL'identité. EmptyRe: L'identité.

more_horiz
Je suppose que ça signifie que le moi est un masque (social ; la persona, personare : fausse étymologie mais significative, "qui résonne au travers" à la manière dont la voix du comédien - dans l'Antiquité - passe au travers du masque et l'anime, laissant place à un personnage, à un rôle identifiable d'après une histoire, un récit et une scène, voire aussi d'après les attentes d'autrui) qui ne traduit aucunement une essence. Sous le masque il n'y a rien, personne en soi, un vide où s'écoulent des forces anonymes (le daïmon ?), même s'il y a bien une subjectivité surnageant et prenant diverses formes selon les relations qui sont tissées à soi, à autrui, au monde (la subjectivité c'est donc une forme, un mode d'existence d'un soi, de la conscience, une façon d'être au monde).

Je serais intéressé par un récapitulatif des œuvres de Jung et de Lacan (j'aimerais énormément lire les deux auteurs) sur le sujet (sic), eux qui parlent après Schopenhauer et Freud d'individuation et de subjectivation (le sujet est pris dans un devenir, il vit des écarts à lui-même, ne fait jamais vraiment retour à une entité primordiale qui serait un sujet autonome, authentique et transparent à lui-même). Peut-être pourrait-on parler de Sartre pour qui, me semble-t-il, la conscience est un néant. Finalement, en reviendrait-on à Hegel et à Rimbaud ("je est un autre") ? Mon identité est illusoire (un délire permanent, une invention de tous les instants et contextuelle ?), je suis une ouverture au monde et personne d'autre que le monde (qui se met en scène et s'observe). L'identité est imaginaire (et la mémoire une reconstruction fantasmatique). En même temps, nous avons besoin de nous inventer un personnage adéquat à notre désir si l'on veut bien vivre. Mais bien vivre, c'est aussi ne pas faire preuve d'hubris, donc ne pas se prendre pour n'importe qui (on vit peut-être mieux en se concentrant sur l'essentiel plutôt qu'en s'inventant des problèmes par orgueil et vanité).
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum