Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

+2
Euterpe
Liber
6 participants

descriptionLe déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes - Page 5 EmptyRe: Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

more_horiz
friedrich crap a écrit:
si une pensée, une œuvre contient une force (de vérité, de persuasion, de conviction, d'endoctrinement...) alors elle est immédiatement dangereuse.

Or (nous sommes dans le Gorgias) quel type de discours, quel contenu de pensée aura le plus d'impact ? Le philosophe ne répondrait-il pas : "le discours qui contient le plus de vérité" ?

Ce qui revient en définitive à la question philosophique fondamentale : "la vérité du philosophe est-elle bonne à dire ?"
Ça devient plus clair en effet, il me semble que vous adoptez une position platonicienne, qui refuse de livrer au profane des choses qu'il pourrait détourner de leur fonction ou de leur vérité. Je pense évidemment à l'Alcibiade majeur. Dans ce cas, nous sommes renvoyés à la question de la démocratie et de la philosophie, sous le rapport de l'éducation.

descriptionLe déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes - Page 5 EmptyRe: Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

more_horiz
Oui, c'est cela. Mais parfois c'est beaucoup plus prosaïque : la vie de couple, la vie de famille, la vie en société ET la philosophie. Vous savez bien qu'il y a antinomie. Qu'est-ce que cette activité de l'esprit qui rend difficile la vie ordinaire ? Qu'est-ce que cette activité de l'esprit que craignent tant les défenseurs de la vie ordinaire ? La philosophie a-t-elle plus de chances d'être le ciment ou la dynamite de la société ? Je penche pour la dynamite même si ce n'est pas ce qu'elle recherche de Platon à Eric Weil !

descriptionLe déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes - Page 5 EmptyRe: Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

more_horiz
aristippe de cyrène a écrit:
le manque de temps et la philo : un drame


Le temps ne manque pas tant que ça... C'est plutôt qu'on l'utilise mal...

Si vous saviez Aristippe... Ne dites pas à un ami philosophe qu'il utilise mal son temps, c'est un tantinet vexant.

descriptionLe déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes - Page 5 EmptyRe: Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

more_horiz
Ce n'est pas ce que j'ai voulu dire mon cher ;)

Ce que je voulais dire, c'est qu'on accorde les 3/4 de notre vie aux futilités. Entre le sommeil, les "divertissements" en tout genre, les sorties, le travail, etc.
Bref ce que je veux dire, c'est que le temps ne nous manque pas, c'est le temps qu'on consacre à la philosophie qui est souvent trop faible...

descriptionLe déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes - Page 5 EmptyRe: Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

more_horiz
Euterpe a écrit:
friedrich crap a écrit:
si une pensée, une œuvre contient une force (de vérité, de persuasion, de conviction, d'endoctrinement...) alors elle est immédiatement dangereuse.

Or (nous sommes dans le Gorgias) quel type de discours, quel contenu de pensée aura le plus d'impact ? Le philosophe ne répondrait-il pas : "le discours qui contient le plus de vérité" ?

Ce qui revient en définitive à la question philosophique fondamentale : "la vérité du philosophe est-elle bonne à dire ?"
Ça devient plus clair en effet, il me semble que vous adoptez une position platonicienne, qui refuse de livrer au profane des choses qu'il pourrait détourner de leur fonction ou de leur vérité. Je pense évidemment à l'Alcibiade majeur. Dans ce cas, nous sommes renvoyés à la question de la démocratie et de la philosophie, sous le rapport de l'éducation.

On en vient aussi à Leo Strauss. Il vaut mieux que les citoyens ne connaissent pas la vérité parce que la cité a besoin de fonder sa loi et la justice, et seul le philosophe sait qu'au fond les critères ou valeurs qu'on y met ne sont pas si intangibles que ce qu'on veut bien croire. Ce que les modernes ont révélé sur le fonctionnement du pouvoir les Anciens le savaient, mais ils ne disaient rien. Mieux valait un régime imparfait (pour éviter la violence nécessaire à la réalisation de l'idéal, de la perfection) et garder la vérité (voire la vérité comme savoir de son absence) dans le secret. Et puis qu'importe la vérité en politique ? Est-ce qu'on mène une vie bonne ou on gère un Etat avec la vérité ? Ceci sachant aussi que le philosophe est invité à ne pas passer son temps dans la contemplation des Idées et étant obligé de retourner dans la caverne - mais il ne faudrait pas non plus qu'il soit raillé, discrédité et même tué. Alors autant employer un double discours.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum