Portail philosophiqueConnexion

Bibliothèque | Sitographie | Forum

Philpapers (comprehensive index and bibliography of philosophy)
Chercher un fichier : PDF Search Engine | Maxi PDF | FreeFullPDF
Offres d'emploi : PhilJobs (Jobs for Philosophers) | Jobs in Philosophy
Index des auteurs de la bibliothèque du Portail : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

+2
Euterpe
Liber
6 participants

descriptionLe déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes - Page 31 EmptyRe: Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

more_horiz
Les déclarations de JM Le Pen n'ont pas dû vous échapper : ce qui lui semble le plus alarmant ce n'est pas l'accident dû à ce "dingo" mais la naïveté du gouvernement norvégien face au problème de l'immigration. Pour le Pen aussi c'est la société et la politique norvégiennes qui ont produit le carnage (mais pas du tout dans le sens de Liber ou d'Euterpe).
Cet "art de la guerre" me stupéfait.

descriptionLe déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes - Page 31 EmptyRe: Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

more_horiz
Silentio a écrit:
je ne connais pas grand-chose des effets de la syphilis, peut-on la contracter sans qu'elle nous travaille au corps pendant plusieurs années avant qu'elle ne se déclare dans ses effets les plus extrêmes ?
Quoi ? Vous n'avez pas encore essayé la syphilis ? Ça donne ça : Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes - Page 31 1142152002 Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes - Page 31 1563804107

Sérieusement, dans son article, Eric Vartzbed précise :
L’infection syphilitique évolue en trois stades. Tout d’abord, une ulcération apparaît à l’endroit où la bactérie a été inoculée (par exemple sur le sexe). Ensuite, environ deux mois après la contamination, des lésions apparaissent sur les muqueuses ou sur la peau (par exemple sur les joues). En l’absence de traitement, la bactérie entre alors dans une phase de latence, sans symptôme, pendant une période qui peut durer jusqu’à 20 ans. Quand la bactérie parasite redevient active, elle attaque différentes parties du corps (les os, la peau, les muqueuses, le système cardio-vasculaire ou le système nerveux). On parle de « paralysie générale » lorsque le système nerveux est touché, notamment les méninges (l’enveloppe qui protège le cerveau) et les racines de la moelle épinière. La paralysie générale se traduit cliniquement par une dégradation intellectuelle et un ensemble de symptômes qui rappelle et mime la psychose : avec des accès maniaques (des idées de grandeur), un vécu de persécution, des troubles de la pensée, etc.

descriptionLe déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes - Page 31 EmptyRe: Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

more_horiz
Si Nietzsche meurt d'une syphilis qui est allée à son terme, et c'était toujours le cas à l'époque. En plus de la démence à cause des dégâts commis dans le cerveau, il y a aussi à ce stade des lésions osseuses. Il n'y a plus qu'à exhumer le moustachu. Lui connaît-on des ayants droits, enfin bref, quelqu'un juridiquement en mesure de signer l'autorisation... Nietzsche avoue cette infection après le 03/01/1889, autant dire que cet aveu est sujet à caution.

descriptionLe déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes - Page 31 EmptyRe: Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

more_horiz
friedrich crap a écrit:
Les déclarations de JM Le Pen n'ont pas dû vous échapper : ce qui lui semble le plus alarmant ce n'est pas l'accident dû à ce "dingo" mais la naïveté du gouvernement norvégien face au problème de l'immigration. Pour le Pen aussi c'est la société et la politique norvégiennes qui ont produit le carnage, (mais pas du tout dans le sens de Liber ou d'Euterpe).

Autrement dit, les mêmes thèses que celle de Breivik, mais sans la violence physique. CQFD.


Euterpe a écrit:
Sérieusement, dans son article, Eric Vartzbed précise :
En l’absence de traitement, la bactérie entre alors dans une phase de latence, sans symptôme, pendant une période qui peut durer jusqu’à 20 ans.

Oui mais alors ce Vartzbed oublie que Nietzsche a été constamment malade durant toute sa vie d'adulte. De violentes migraines, des vomissements, à ne pas pouvoir sortir du lit pendant des semaines. Il me semble que les médecins de l'époque auraient diagnostiqué une syphilis, au moins au vu des symptômes, or il n'en est rien. Nietzsche s'est justement plaint à maintes reprises de leur ignorance, allant jusqu'à chercher lui-même sa propre médication. Stephan Zweig relate avec son imagination coutumière la vie terrifiante de ce Nietzsche malade, entre son lit, ses fioles ("un épouvantable arsenal de drogues") et sa table de travail. Adolescent, j'avais été fasciné par ce récit.


aristippe de cyrène a écrit:

Je ne savais pas que son père avait aussi eu ce genre de problème... De quoi est mort son père exactement ?

Des conséquences d'une chute sur la tête. Nietzsche prétendra cruellement dans Ecce Homo qu'il n'était fait que "pour passer".

descriptionLe déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes - Page 31 EmptyRe: Le déséquilibré de Norvège et les citations des philosophes

more_horiz
Liber a écrit:
Euterpe a écrit:
Sérieusement, dans son article, Eric Vartzbed précise :
En l’absence de traitement, la bactérie entre alors dans une phase de latence, sans symptôme, pendant une période qui peut durer jusqu’à 20 ans.

Oui mais alors ce Vartzbed oublie que Nietzsche a été constamment malade durant toute sa vie d'adulte. De violentes migraines, des vomissements, à ne pas pouvoir sortir du lit pendant des semaines. Il me semble que les médecins de l'époque auraient diagnostiqué une syphilis, au moins au vu des symptômes, or il n'en est rien.
Les pathologies connues de Nietzsche ne sont guère des symptômes de la syphilis. Dans la pathographie de Podach, j'ai souvenir du chloral, du remède javanais et de l'opium, mais pas d'indications concernant un diagnostic lié à la syphilis ; si tel avait été le cas, un médecin lui eût prescrit du mercure ou du potassium, le condamnant à une mort certaine. Et puis avec le puritanisme insupportable de sa mère et de sa sœur, même avec les symptômes évidents d'une maladie vénérienne, elles se fussent voilé la face. D'après Wikipedia :
Avant 1870, rien du contenu des écrits médicaux ne donne une image angoissante de la syphilis
C'est pourquoi l'article précise, j'imagine, que cela posait un grave problème de santé publique. On connaissait bien la syphilis, mais sans rien pouvoir y faire, de sorte que ce qu'on appelait alors "paralysie générale" était le lot de beaucoup, et un constat d'échec pour les médecins. Peut-être faudrait-il comparer avec le cas de Verlaine.
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum